Partagez | 
 

 Jude Melhen ▬ Le stratège déserteur

Aller en bas 
AuteurMessage
Jude Melhen

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 24/08/2013

Pièce d'identité
Race: Number
Métier: Ancien stratège du Haut Roi

MessageSujet: Jude Melhen ▬ Le stratège déserteur   Lun 26 Aoû - 20:10



MELHEN Jude
ft. Jude Mathis [Tales of Xillia]


Identifiez-vous


    Nom : Melhen
    Prénom(s) : Jude
    Surnom(s) : Aucun
    Âge : 20 ans
    Catégorie : Number
    Clan : Errant
    Rang au sein du groupe : Ancien stratège de l'armée royale ▬ Number : Rang 4
    Orientation sexuelle :Hétérosexuel




Description physique
Chaque jour, notre esprit enregistre des centaines de visages dans la rue, bien que nous n'y prêtions pas attention, nous retenons de grossiers traits de ces personnes qui ont marqué, l'espace de quelques secondes, notre esprit. Si vous croisez Jude dans la rue, vous ne retiendrez que son manteau de couleur noire, ainsi que ses yeux dorés, sans pour autant vous y attarder. Mais si vous cherchez à en savoir plus, si vous entrez dans les détails, la silhouette si floue à l'origine se rapprochera de plus en plus de l'original, et c'est là que vous pourrez vous faire une idée sur la personne.
Entrons donc dans les détails, Jude a bel et bien les yeux dorés, mais ses pupilles sont également parsemées de gris. Voilà déjà un progrès de fait, n'est-ce pas merveilleux ? Le garçon a également les cheveux bruns, ceux-ci descendants jusqu'au haut de son dos. Heureusement, ils ne cachent pas les deux trésors précédemment cités. Son teint est ni trop bronzé ni trop pâle, on voit que le garçon sort sans pour autant avoir passé sa vie sous la chaleur tropicale de Spadassia.
Mais nous nous sommes peut-être approchés de trop près, reculons à présent pour le voir dans son ensemble. Nous retrouvons ce manteau qui avait fait détourner votre regard, un habit bien original brodé de motifs violets, détails que nous n'avions pas vus la première fois. Si on devait citer des couleurs qui ressortent plus que les autres, ce sont les bordures bleu ciel sur ce manteau ainsi que les dorures au bout des manches. Il y en a un second d'ailleurs, ou plutôt on dirait une chemise blanche, en dessous du premier vêtement. Il n'y a pas grand-chose à en dire, à part que Jude aime intervertir entre ces deux habits, mettant parfois l'un au-dessus et l'autre en-dessous, et inversement. Enfin, en tout cas, on se demande où il a bien pu trouver un tel accoutrement.
Pour finir, il a ces gants en cuir que le jeune homme porte, eux ne sont pas là pour décorer puisqu'il s'en sert pour se battre. En effet, même s'il en a pas la carrure, et que le garçon ne mesure pas plus d'un mètre soixante-quinze, Jude pratique les arts-martiaux et sait se battre en cas de besoin. Enfin, jusqu'ici il n'a jamais eu à le faire, mieux vaut utiliser sa tête qu'un corps fin comme le sien.



Description mentale
Au final, combien de personnes connaissons-nous réellement ? Il est facile de savoir les identifier physiquement, de les associer à une particularité, mais ce n'est pas pour autant que nous pouvons les définir. Si vous voulez connaître Jude, il vous faudra lui parler pendant de longues heures, analyser le moindre de ses mouvements, et bien sûr en avoir la volonté. Le jeune garçon est tout d'abord quelqu'un de maladroit, il est si souvent dans ses pensées qu'il n'est pas rare que celui-ci trébuche sur un sol pourtant plat. Ou alors, si vous le voyez le nez contre le sol, c'est surement parce qu'il aura essayé de courir dans les couloirs pour arriver à l'heure à son rendez-vous, car oui, le jeune homme est loin d'être ponctuel. Mais ce ne sont là que quelques défauts, derrière un garçon plein de qualités. Il cherchera toujours à bien faire et à résoudre les petits problèmes du quotidien de ses compagnons. C'est aussi un grand enfant, une fois son travail terminé, il s'en va souvent jouer avec les enfants afin de les divertir en cette période où personne ne s'occupe d'eux. Et oui, Jude est une bonne personne qui a juste été trop naïve pour se rendre compte de son erreur. Il a toujours cru qu'il oeuvrait pour le bien des néréins, et c'est pourquoi il s'investissait tant dans son travail. Il passait des jours entiers à la bibliothèque, cherchant toujours de quoi enrichir ses connaissances. Lorsqu'il y avait une bataille, les belles paroles du roi étaient suffisantes pour qu'il apporte son aide au camp qu'il croyait être le bon. Et c'est cette faculté à créer des plans infaillibles qui lui a permis d'être à ce rang de stratège, le garçon étant surement le plus intelligent de tout le palais.
Mais heureusement, un dernier trait de sa personnalité lui fit enfin comprendre où il se trouvait réellement. Sa curiosité incontrôlable le mena vers cette usine cachée de tous, et enfin il prit conscience de son erreur. Depuis son départ, le garçon n'a pas réellement changé, il a simplement pour but de se rattraper en détruisant lui-même l'arme qu'il a aidé à créer. Il porte en lui le fardeau de ses choix, surement ne pourra-t-il jamais se pardonner.



Capacité ou Talent
Puppeteer's Links : Jude est un fin stratège, aussi son pouvoir lui permet d'accomplir bien des prouesses. En effet, le jeune garçon peut créer un lien invisible entre une personne et lui. Une fois ce lien créé, il contrôle tous les faits et gestes du prisonnier et peut ainsi en faire sa marionnette. Cette capacité est encore plus intéressante qu'elle en a l'air puisqu'il peut créer jusqu'à trois de ces liens et les utiliser aussi bien sur des êtres vivants que sur des objets inanimés, à condition que ceux-ci se trouvent à moins de 15 mètres.



Histoire
Le chaperon rouge se baladait dans une calme et magnifique forêt. Il faisait beau, les oiseaux chantaient, et la petite fille tenait son petit panier qu'elle devait apporter à sa grand-mère. La confiance était là, elle s'était aventurée tellement de fois parmi ces hauts chênes que rien ne pouvait lui arriver. Tout lui était à présent familier, et elle avait fini par baisser sa garde. Mais ce jour-là, sur ce même chemin qu'elle avait parcouru tant de fois, elle ne se rendit pas compte du danger qui l'entourait. Au final, il était déjà trop tard quand le loup fit pour la première fois sa rencontre, sa naïveté lui avait fait défaut. Etrangement, ce conte me plaît.

C'était un des livres de la bibliothèque, il fallait bien s'occuper pendant que tous ces adultes étaient occupés. L'une de ces grandes personnes était très certainement à ma recherche, ma nourrice Ylia, mais cela m'importait peu. Je ne m'amusais pas quand j'étais avec elle, toujours enfermé dans cette grande maison avec ces jouets idiots qu'on me donnait. On ne cessait de me dire "Ce sont des jouets pour ton âge, cela devrait te plaire !", et bien non, ce n'était pas le cas ! Ce que j'aimais moi, c'était de fouiller le bureau de mon père pour regarder des dossiers médicaux, c'était bien plus instructif et intéressant que ces petites voitures. Bon, je n'y comprenais pas grand-chose, mais du haut de mes huit ans, ce n'était pas si mal ! Malheureusement, je ne pouvais plus fouiller comme avant, la vieille Ylia avait tout raconté à mon père, et celui-ci m'avait consigné. Depuis ce jour-ci, ma colère pour cette dame qui disait ne me vouloir que du bien n'avait cessé de grandir, alors je faisais tout pour qu'elle se fasse crier dessus par mes parents. Et donc me voici à la bibliothèque, après avoir profité qu'Ylia prépare le repas pour m'enfuir, j'étais fier de mon coup et je pouvais enfin lire tous ces bouquins intéressants.
Il y avait un autre garçon, un peu plus âgé que moi, qui était assis sur une autre table. Il souriait en regardant son livre, une chose bien étrange qui m'intriguait.

"▬ Que lis-tu ? lui demandais-je après m'être approché avec moi aussi le sourire aux lèvres.
▬ Ca ne se voit pas ? C'est un magazine qu'un soldat était en train de mâter, alors je lui ai piqué en douce.
▬ Oh, je vois, et ça raconte quoi ? Il n'y a pas l'air d'avoir beaucoup de texte...
▬ Tu es idiot ou quoi ? Après tout, t'es encore un gosse, tu ne comprends pas ce genre de choses. Disons que je regarde les jolies femmes qu'il y a sur les pages."

Si à l'époque j'avais su de quoi le garçon parlait, je ne serais pas resté avec lui. Mais comme je ne comprenais pas, j'avais simplement changé de sujet de conversation pour faire connaissance. Voir des enfants dans ce palais était une chose assez rare, alors autant en profiter pour me faire des amis. Il s'appelait Lecter, avait douze ans et c'était le fils d'un soldat haut placé à l'armée royale. Malgré son corps de jeune adolescent, Lecter avait tout d'un adulte. Il avait de l'assurance, semblait connaître plein de choses, et parlait comme les adultes... D'une façon ou d'une autre, je l'enviais.
A partir de ce jour, nous nous vîmes de plus en plus souvent, tantôt à la bibliothèque ▬ où j'attendais de voir ce quelle chose douteuse avait-il bien pu dégoter ▬ tantôt dans les jardins pour jouer à toutes sortes de jeux. Le plus souvent, c'est lui qui décidait, mais cela m'importait peu, je m'étais fait un ami et rien ne pouvait me rendre plus joyeux.
Lect' me battait dans tous les domaines, la course, l'escrime, la lutte... C'était un jeune homme fort et prometteur, qui semblait avoir tout pour lui. Il n'y a qu'un domaine où j'étais meilleur, c'est d'ailleurs pour cela qu'entant que mauvais perdant, Lecter ne voulait presque jamais jouer à ce jeu. Ce jeu, c'était les dames. Qu'importe quel était mon adversaire, depuis que mon père avait pris le temps de m'apprendre à y jouer, personne n'arrivait à me battre.
"▬ Tu sais, les dames c'est un jeu pour gamin, tu devrais t'essayer aux échecs. Intelligent comme tu es, j'suis sûr que tu y arriverais."
Alors il m'apprit à jouer aux échecs. Et une fois les explications terminées, il perdit encore une fois. Fou de rage, il exprima tout de même de l'étonnement face à une telle faculté, il disait que je n'étais pas humain. Moi de mon côté, je ne savais qu'en penser, j'apprenais vite, voilà tout. Mais persuadé que j'avais un don, Lecter me fit affronter d'autres garçons, puis des soldats, puis des médecins. A chaque fois je gagnais, et souvent je me faisais frapper par ces hommes qui avaient honte d'avoir perdu contre un gamin de dix ans.

Puis un jour, un nouvel adversaire vint s'asseoir devant moi sur une table de la bibliothèque. Sauf que cette fois-ci, ce n'était pas un soldat ou un membre du personnel. Celui qui se tenait devant moi, c'était le roi en personne. Il n'y avait pas d'erreur possible, c'était bien l'homme qui dirigeait depuis quelques années déjà ses troupes, qui était tant aimé de ses habitants et que tous les soldats respectaient. Pourquoi était-il ici, avais-je fait quelque chose de mal ? Sur le moment, j'eus envie de partir, de me cacher quelque part pour éviter son regard... Mais après quelques instants de silence, il finit par sortir cette phrase "Alors, une partie ?". Je n'en croyais pas mes yeux, le roi en personne demandait à faire une partie contre moi ! J'acceptais d'un ton timide avant de placer mes pions sur l'échiquier.
La partie dura longtemps, bien plus longtemps que d'habitude. Malgré le monde qui nous entourait et la boule que j'avais au coeur, j'essayais tant bien que mal de me concentrer sur le jeu.
"Echec et mat." dit le roi avec le sourire aux lèvres.

Il venait de l'emporter, j'avais essayé de le battre mais cela m'avait été impossible. Pourtant, j'étais comme contrarié, je n'avais qu'une seule envie : lui demander une revanche afin de lui prouver que je pouvais mieux faire. Non, au final c'était à moi-même que je voulais le prouver, je me disais que sans le bruit environnant, sans toute cette pression, les choses auraient pu être différentes. Je ne parvenais pas à lever la tête, j'entendais simplement les voix de ces nobles qui se moquaient doucement de moi. Ils disaient que toutes ces rumeurs n'étaient pas fondées, que je n'étais finalement pas si spécial, et ils avaient raison. J'allais me lever pour m'en aller loin de tout cela, et demain tout redeviendrait comme avant, c'était ce que je voulais. Je poussais alors doucement ma chaise quand une main vint me toucher l'épaule.
"Eh, petit, ça ne te dirait pas de refaire une partie ? Allons dans mon bureau, il n'y aura que toi et moi."
Je ne réfléchis même pas, et après un hochement de tête timide, il me mena dans ses quartiers. En effet, nous n'étions que deux dans cette salle magnifique et pleine de dorures, déjà que je trouvais la bibliothèque joliment décorée. Je m'installai sur une chaise et lui sur celle d'en face, seul l'échiquier nous séparait et j'étais déterminé à réussir cette fois-ci.

La partie dura aussi longtemps que la précédente, mais à présent il n'y avait personne pour nous déranger, seul le silence nous tenait compagnie et il était largement suffisant. J'avais envie de gagner, peut-être par fierté, mais surtout pour faire taire ces hommes qui m'avaient jugé sans même me connaître. Je déplaçais minutieusement mes pions, prévoyant mes coups à l'avance, essayant d'avancer prudemment mais surement. Finalement, après un long moment passé sur cette chaise, un roi était en échec.
"Cette fois c'est moi qui ait gagné ! Echec et mat !"
Je n'avais pu retenir ma phrase, mon rire s'arrêta brusquement quand je ne vis pas le roi réagir. Avais-je fait une bêtise ? D'un seul coup j'avais peur, peut-être qu'il était en colère, qu'il allait me ramener chez mes parents, ou pire encore... Et ma nourrice, me cherchait-elle en ce moment ? Allait-elle venir me sauver de cette salle ? Je m'imaginais tous les scénarios, j'avais envie de m'enfuir alors qu'il ne se passait rien, il n'y avait que ce silence pesant. Finalement, un rire vint se manifester.
"Mon garçon, tu es vraiment impressionnant ! Je ne t'ai même pas laissé gagné, quel coup de maître !"

Je respirais enfin, finalement je n'avais rien à craindre. Je pouvais lui sourire de nouveau, attendant sagement qu'il me dise quelque chose. Après tout, pourquoi avait-il voulu jouer avec moi ? Il aurait pu s'en aller après la première partie mais il m'en avait demandé une seconde. Tant de questions qui traversaient mon esprit alors que le rire de l'homme n'avait toujours pas cessé. Il finit par se lever pour me raccompagner chez moi, il avait insisté pour m'y reconduire. Cela ne me dérangeait pas, j'avais juste peur de la réaction de mes parents qui devaient être inquiet au vu de l'heure qu'il était.
Une fois arrivé, mes parents restèrent discuter avec le souverain pendant que moi je me faisais crier dessus par la nourrice, enfin j'avais l'habitude. La discussion se termina enfin, et avant de partir, quelques paroles me furent adressées. "Nous nous reverrons bientôt", et en effet nous allions nous revoir.

Il fallut attendre la fin de l'année, mes parents n'avaient rien voulu me dire sur la discussion qu'ils avaient eue la dernière fois, juste que je saurai tout une fois mon année scolaire terminée. Et nous y étions enfin. J'en avais bien sur parlé à Lecter, mon ami avait bien grandi et s'apprêtait à entrer dans l'école de formation pour soldats. Cela ne nous empêchait pas de nous voir et de nous amuser comme avant. Il me disait que pas mal de gens parlaient dans mon dos, trouvant injuste qu'un mioche tel que moi ait pu voir le roi seul à seul aussi longtemps. Il est vrai que c'était étrange, mais je n'avais rien à leur répondre. Au final, cette rencontre avait-elle été une bonne ou une mauvaise chose ? J'aurai la réponse très bientôt.
J'étais donc sur le chemin de retour de l'école, avec mon ami, et j'allais bientôt arriver chez moi. Sauf que c'était différent de d'habitude, il y avait des gardes devant chez moi. Surpris, je m'empressais d'entrer pour voir ce qui se passait, et c'est là que je vis mes parents avec ma mère en sanglots. Je m'approchais alors et je voyais tout un tas de valises avec mes affaires à l'intérieur. Je ne comprenais rien. Ma mère s'avança et me prit dans les bras pour me chuchoter quelques mots.
"▬ Voilà ce qu'il a été dit la dernière fois, mon fils. Le roi a décidé de t'envoyer vivre dans ses appartements, dans le bâtiment du haut personnel. Tu t'en vas vivre avec Ylia là-bas. disait-elle d'une voix tremblante.
▬ Mais ce n'est pas ce que je veux, je n'ai rien fait de mal maman, ne me laisse pas partir !
▬ Le roi a trouvé en toi quelque chose de spécial, c'est un honneur Jude et tu dois t'en montrer digne. Et puis, nous nous verrons très souvent, ne t'en fais pas."
Je fus tiré vers l'arrière par l'un des gardes. Ils prirent mes bagages et il fut temps pour moi de m'en aller de mon chez moi. J'eus juste le temps de dire une dernière fois : "Papa, maman, je vous aime.".

Tout était flou. Je ne savais pas pour quelle raison j'étais tiré de chez moi, je ne comprenais pas pourquoi le roi me voulait tant. Arrivé dans le nouvel appartement, Ylia me serra dans mes bras pendant qu'un garde m'expliqua que j'aurai une audience le lendemain avec le roi. En attendant, je me sentais bien seul, j'avais la boule au coeur et les larmes coulaient doucement, dans le même silence que ces grandes pièces vides. Heureusement, Lecter vint sonner à ma porte pour me tenir compagnie. Il ne cessait de me dire de positiver et que c'était une chance énorme que d'être ici. Pour le moment, je n'y voyais aucun bon côté, mais il avait surement raison. Une fois parti, il fut temps pour moi d'aller me coucher, la journée avait été éprouvante. Mais je me souviens qu'aussi fatigué j'ai pu être ce jour-là, je n'ai pas réussi à dormir.
Le lendemain, à dix heures, j'étais dans le bureau du souverain. Ce même bureau dans lequel j'avais disputé mon duel avec lui, là où tout avait réellement commencé. La salle n'avait pas changé, tout comme l'homme qui se tenait devant moi, toujours avec ce même sourire inexplicable.
"▬ Je suis content de te voir ici, Jude !
▬ Monseigneur, pourquoi suis-je ici ? Pourquoi m'avez-vous envoyé loin de ma maison ?
▬ Je m'excuse de tout cela, mais vois-tu Jude, j'ai quelqu'un à te présenter."
Un vieil homme entra et vint se placer à côté du roi. Il avait une assez longue barbe, avait assez peu de cheveux et ses rides cachaient presque ses yeux qui pourtant étaient magnifiques, d'un bleu profond. Etrangement, j'étais intimidé devant cette figure que je connaissais pas et qui pourtant semblait avoir vécu depuis toujours. L'homme me salua avant de laisser la parole à son maître.
"▬ Je te présente Mu Fang, cet homme, bien que vieux, est le plus brillant que je connaisse et il est actuellement stratège de l'armée royale. En d'autres termes, c'est lui qui élabore nos plans d'attaque contre l'ennemi.
▬ Enchanté messire Jude, je vois déjà en vous un grand talent.
▬ E-Enchanté monsieur...
J'avais du mal à répondre, j'attendais de savoir ce qu'on me réservait. Je n'osais trop parler ou trop bouger, beaucoup trop de monde se trouvait autour de moi et j'avais peur de faire quelque chose de mal.
[EN COURS]



Qui se cache derrière le masque ?


    Pseudo :Delfixyon
    Âge :Facultatif
    Comment avez-vous découvert le forum ?En cliquant sur le petit bouton "créer un forum" sur forumactif.
    Une quelconque suggestion à faire ?Oui, j'aimerais que la banadmin porte moins de vêteme... //SE PEND//
    Autre chose à dire ?Vive les litchis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jude Melhen ▬ Le stratège déserteur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
» BRIDES: Mirlande Manigat gagne 7% alors que Jude ne decolle pas
» Des photos de Jude Célestin Déchirées par des Manifestants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O'neiro :: Parchemins oubliés :: Cartes d'identité :: Cartes en cours-
Sauter vers: